RETOUR DE CUBA

Retour de cuba, février 2012…

1-peinture

La Salsa, le Son, les Cigares, le Rhum, le Che…

3-cohiba

Avec grand plaisir nous voici sur la fameuse grande île des Caraibes qui nous accueille pour un périple d’un mois : c’est en même temps beaucoup et peu pour découvrir l’île qui fait plus de 1000 km de long et environ 200 de large…Le climat est très agréable  en cette saison sèche qu’est l’hiver tropical, avec ses 28° et quasiment pas de pluie. Les mers (Caraibes, Atlantique, golfe du Mexique) sont chaudes et délassantes.

2-la mer des caraibes

Les bananeraies protègent les caféiers du soleil, les mangues, papayes, ananas et autres malangas (patates douces) ornent nos assiettes garnies de langoustes, crevettes, calamars et autres poissons, variant avec  porc, poulet et riz….De quoi, une fois repus par l’excellente nourriture locale, aller digérer dans un « sillon » ( rock’n chair) en dégustant un bon  « Cohiba » (cigare : Cuba est le terroir des meilleurs cigares au monde) avec un verre de « 3 anos » (Rhum: immenses champs de cannes à sucres dans l’île) en compagnie de nos hôtes cubains accueillants : Nous avons choisis de nous faire héberger en « casa particular » (maisons d’hôtes, meilleur marché que les hôtels). Asi es la vida !

9-voiture a la habana

La vie se passe pas mal la nuit aussi à Cuba, ou du moins jusqu’à minuit dans les « Troba »,« Artex » ou autres : En ces lieux, magiques pour tous amoureux de musique, et autour d’un « mojito » (rhum+menthe+jus de citron+glaçons+eau gazeuse),  s’expriment les talents musicaux et dansant locaux à travers le « SON » : les racines de la Salsa. Il faut dire que le niveau des musiciens à Cuba est très élevé et exceptionnel, et, tous les soirs, la population sort. Des ambiances sympas, un lieu d’échange, de partage : incontournable…

4-cienfuegos

A La Habanna, la capitale actuelle, nous allons, avec Thomas et sa Cadillac rouge des années 50 (1 million de km au compteur), prendre des cours de danse avec Maria, une professionnelle…Nous nous mettons d’entrée dans le tempo de l’île, autant aller à sa rencontre tout de suite.  A l’ouest, Vignales et ses Mogotes abritent les champs de tabac cultivés à l’ancienne avec des chars à bœufs.

5-santiago, musique

puis, à l’Est, Cienfuegos, Trinidad, Santiago, Baracoa: ces vieilles villes aux vestiges coloniaux des années 1900: Partout la musique vibre, Buenas Ondas ! : Elle est dans les gènes, dans la rue, et fait oublier qu’ici : on survit  mieux que l’on ne vit. Il est difficile d’organiser l’être humain en société : ici, le socialisme, tentant de répartir au mieux pour tous, est agrémenté par un embargo de plus de 25 ans. Il amène des satisfactions (santé et éducation gratuites pour tous) au prix de privations de liberté importantes (accès difficile voir impossible à la « consommation »). Les habitants « survivent » donc, comme ils le disent.  Alors, pas de stress, ni d’agressivité, et toujours de la musique !

6-santiago de cuba

C’est l’Est du pays (Cienfuegos, Trinidad, Santiago, Baracoa …)  qui nous enchante le plus : En restant plusieurs jours à partager dans le même endroit, les liens se tissent, les langues se libèrent, l’ombre de Fidel est écrasante mais la population se concentre sur le positif, et la vie se doit d’être belle. A bord de notre Geely (voiture de location) nous parcourons le pays, sans se presser. Les  sites naturels sont des parcs nationaux où les randonnées sont plutôt  de courtes « balades » menant à des cascades dans une végétation tropicale.

7-barbarito a trinidad

Nous avons de nouveaux amis Barbarito el congacero, de Trinidad, Nestor  trecero de grande classe à Santiago, Teresa vouée à la solidarité féminine, bénévole de quartier pauvre au cœur de la Habanna, Alexandro, avocat nouvellement installer en chambre d’hôte à Baracoa, Miguel artiste peintre-paysan à Vignales, Ulisses qui a installé des petits bengallows à villa santo-domingo au pied de la sierra Maestra, ou s’est formée la révolution de 1958 après le débarquement du « Granma »…Nous visitons ces lieux chargés d’histoire…

8-le che toujours

Le CHE : Ernesto, Hasta la Victoria siempre : Sa présence symbolique (et aussi de propagande) est présente partout, à l’image de l’esprit solidaire de José Marti le « maitre penseur » de l’île. La photo de Korda  que nous connaissons tous est la photo qui est la plus vendue au monde…La victoire du CHE sur l’armée de BAUTISTA dans la ville de Santa –Clara a été décisive…Le musée de CHE en témoigne…Bautista parti, les vieilles américaines (voitures) restent …Elles peuplent les routes (très peu de traffic en dehors des villes) au même titre que piétons, vélos, motos, voitures à cheval et gros camions…Vestiges automobiles, dans un décors de hauts bâtiments à colonnes, eux même vestiges de l’époque coloniale, résultant du fructueux commerce de la banane des années 1920. L’esclavage (aboli en 1848 en France) a ici mis quelques années de plus à disparaître.

les mogotes

Aujourd’hui, Cuba « s’ouvre » au monde avec Raul, le frère de Fidel, malgré l’anti- capitalisme et impérialisme américain toujours d’actualité… Cette ouverture amène un peu de subsides via le tourisme (même si l’escalade y a été interdite cette année) : un peu de liberté ? C’est ce que l’on peut souhaiter de mieux  aux cubains, Ojala ! y Viva Cuba !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>